Le village Maori de Tamaki

Pour la suite de nos aventures, bienvenue au pays des merveilles ou plutôt au cœur de la culture Maori. Nous passons la soirée et la nuit au village Maori de Tamaki. Autant casser tout de suite le plus gros de tes fantasmes d’aventurier, il ne s’agit pas d’un véritable village Maori mais d’une reconstitution pour un usage culturel et commercial. Nos hôtes ne se cachent pas de le dire et ils ont bien raison ! Du fait qu’on reste également la nuit, notre groupe est traité un peu différemment. Dans le bus, avant d’arriver au village, nous choisissons l’un d’entre nous pour être le chef de notre tribu et nous choisissons une chanson. Je ne pense pas que les musiques des Black Eyed Peas soient appropriées pour un chant de tribu mais nous n’avons pas vraiment choisi, en fait ce sont plus les poules qui piaillent à l’avant du bus à faire un karaoke sur chaque musique qui ont choisi. Enfin bref, ça à l’air de pas trop bien se présenter mais je t’assure que cette soirée est vraiment une expérience unique et inoubliable !

Tamaki entrance

En arrivant au village, le chef Maori nous accueil à la descente du bus (habillé en civil). Au bout de l’allée un porche Maori sculpté fait office d’entrée du village. La femme du chef apparait et commence à chanter un chant Maori (et bien entendu, elle chante bien). Nous entrons dans le village et prenons place sur des bancs en forme d’amphithéâtre, nous autour et le chef et sa femme au centre. Le chef prononce un discours en Maori qu’il nous traduit par la suite. En bref il nous souhaite la bienvenue et se dit honoré de notre présence. Sa femme chante à nouveau alors qu’il se joint à elle. Notre chef prononce également quelques mots pour remercier nos hôtes et c’est là que les Black Eyed Peas et leur super chant tribal orchestré par les Barbie girls entre en scène. Ha j’oubliais de mentionner que les 5 uniques hommes de la tribu devaient être au premier rang. Et aussi étrange que ça puisse paraitre les paroles de cette chanson connue très naturellement de tous, m’étaient totalement inconnue. Autant te dire que même celui qui a inventé le playback a dû avoir honte. Enfin bref, à la suite de ce moment de solitude, les chefs se serrent la main et se touchent nez contre nez deux fois en signe d’acceptation mutuelle.

Welcome chief

Les salutations sont officielles et le chef nous fait faire le tour du village pour nous présenter le réfectoire, les douches, les toilettes et nos maisons. Les maisons ! parlons en ! Nous avons deux grandes case Maori pour une trentaine d’entre nous et nous dormons à la scout, les uns à côté des autres. Les devantures des maisons sont sculptées dans le bois et chacune raconte une histoire. Les peintures murales et autres sculpture de gardiens à l’intérieur sont également uniques. Pendant environ 30 minutes il nous explique la signification des différents éléments et couleur composant toutes ces œuvres d’arts.

Nous sommes par la suite invités à prendre le thé (coutume héritée de la colonisation).  Un beau buffet de gâteaux nous attend avec une bonne variété. On est vraiment accueilli comme des rois. La femme du chef nous apprend une chanson en Maori que l’on devra ensuite chanter devant tous les touristes le soir venu. La chanson est très enfantine. En gros c’est l’équivalent de chanter l’alphabet, sauf que là ce sont juste des syllabes pour apprendre à prononcer le Maori. Malgré la puérilité de la chanson, elle passe bien à l’oreille quand même. Et puis de toute façon personne ne sais ce que les paroles signifient donc on s’en fout. L’apprentissage continue avec un jeu où chacun est équipé d’un bâton et doit le lancer à son voisin. Oh le jeu de gamin !!! Ben pas tant que ça, ce n’est pas évident de s’assurer que chacun lance le bâton à la bonne personne, au bon moment, avec la bonne force et en évitant de se prendre le bâton qu’on reçoit dans la figure. Et le tout avec une bonne vingtaine de participant et en cercle. En gros si une personne se rate tout le monde est foutu.

Pole game

Enfin la soirée arrive, et nous changeons de village Maori pour passer dans une partie plus traditionnelle. Tous les touristes se mettent en arc de cercle autour de l’entrée du village, les chefs en ligne devant. Des cris de guerriers retentissent au loin. Des femmes Maori apparaissent sur les fortifications du village sonnant l’alarme à l’aide de coquillages qui leur servent de cor. Les cris se transforme en chant guerrier. Une pirogue apparait, remplie de guerriers Maori. À peine accosté, l’un d’entre eux se rue sur les chefs et entament une danse pour impressionner les chefs. Puis il dépose à leurs pieds une branche de fougère en signe d’acceptation. Les chefs ramassent leur fougère, saluent le chef Maori et peuvent enfin rentrer dans le village avec leur tribu respective. Cette première mise en scène met tout de suite dans le bain, des regards agressifs pendant les danses, des cris sauvages pour intimider et bien entendu un Haka. Et je dis bien UN Haka et non LE Haka car il existe énormément de Haka différents et chacun ont leur utilité.

maori

L’intérieur du village est constitué de palissades, de cases et autres sculptures au milieu d’une forêt aux arbres haut et très droits. Plusieurs ateliers sont installés pour apprendre la culture Maori. L’un traite des pirogues, de la navigation et de l’arrivée des Maoris en Nouvelle Zélande. Un autre présente les Poï, l’ancêtre des bolas qu’utilisent nos saltimbanques modernes. Vient ensuite un autre jeu de bâton, puis la sculpture et les tatouages puis le Haka. Oui on a appris à danser un Haka. Enfin appris est un bien grand mot. Avant de passer à la partie spectacle, le chef Maori nous présente son four vapeur. Un trou dans le sol dans lequel il a fait un feu qu’il a recouvert de roche volcaniques (ce n’est pas ça qui manque ici). Il suffit ensuite d’y introduire la nourriture et de couvrir avec des draps humides. Quelques heures de cuissons et le repas est prêt et en quantité.

Je ne rentrerais pas trop dans les détails pour le contenu du spectacle, je te laisse un peu de surprises. Tout ce que je peux te dire c’est qu’il y a du chant de la danse et le plus violent des Haka !

S’en suit le repas ou devrais-je plutôt dire le festin. Un buffet à volonté de poulet, poisson, agneau et autres mets, le tout servi avec des légumes divers et variés cuit dans le fameux four vapeur. Ce magnifique repas marque la fin de la soirée, mais uniquement pour les touristes ne passant pas la nuit sur place. Pour nous la nuit ne fait que commencer. Nous enfilons nos maillots de bain et plongeons dans des bains chauds en extérieur juste à côté d’un bar avec des prix bien plus attractif que pendant le repas. La nuit sera longue pour beaucoup d’entre nous mais surtout très agréable et reposante.

Les bains chauds suivis d’un bon matelas remettent d’aplomb n’importe quel voyageur fatigué.

Galerie photo

2 commentaires sur « Le village Maori de Tamaki »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s