Comment résister au vice de Queenstown

Queenstown est une petite ville au bord du lac Wakatipu. Ça ressemble beaucoup à Wanaka. D’ailleurs je préfère Wanaka qui à mon sens est plus tranquille et paisible que Queenstown. La plupart des passagers de Kiwi Experience ont vraiment hâte d’arriver dans cette ville et d’y passer quelques jours à faire la fête. Car ici l’activité N°1 c’est le Barathon ou communément appelé la tournée des bars. Moi je suis déjà un vétéran un peu décrépit (et pauvre) donc je trouverais autre chose. Nous ne passerons que 2 jours dans cette ville donc ça devrait être assez facile de s’occuper.

Le premier jour c’est une excursion dans le Milford Sound, une expérience incroyable dont tu trouveras le récit ici. Pour le deuxième jour c’est parti pour le top du top de l’activité des pauvres : la randonnée. Et ma foie les paysages de Queenstown sont tout aussi impressionnants que ceux de Wanaka. Je pars avec Vincent le français, Sophie l’écossaise, Morna l’allemande et Vitor le brésilien à l’assaut de Ben Lomond track. C’est un sentier qui par du pied de la remontée mécanique et qui nous emmène d’abord à l’arrivée de cette dernière puis au col. Juste au cas où tu en aurais besoin, en haut de la remontée mécanique tu trouveras de nombreuses activités comme de la luge d’été ou du saut à l’élastique. Le sentier en lui-même n’est pas très difficile bien que la pente soit un peu forte. Mais ne t’en fais pas, la vue vaut largement la chandelle, crois moi.

view

Une fois arrivé au col, deux solutions s’offrent à toi. Faire demi-tour et rentrer ou partir à l’assaut du sommet. Ce n’est qu’une petite heure de plus, bien ardue mais comme toujours ça en vaut la peine. Tu auras une magnifique vue à 360° sur le lac, Queenstown, les montagnes enneigées au loin. Nous y avons même rencontré un Kea peu farouche. C’est un oiseau protégé de Nouvelle Zélande. Ce dernier viens se repaître des restes de sandwich des touristes qui décident de déjeuner au sommet. Ce sacripant se baladait même sur mon sac à dos, probablement à la recherche du sandwich jambon/oignon que je m’étais gardé pour plus tard. J’ai malheureusement dû chasser l’oiseau de peur qu’il découpe mon sac de son bec acéré pour se délecter de mon encas.

Kea

C’est donc des images plein la tête et des courbatures plein les jambes que nous regagnons notre auberge pour prendre le bus sur la route la plus spectaculaire de notre voyage.

 

Un commentaire sur « Comment résister au vice de Queenstown »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s