Les Pavillons d’or et d’argent

Lors d’une visite à Kyoto il est impossible de passer à côté des très connus Pavillon d’or et Pavillon d’argent. Il sont chaque jours visités par une foule de touristes. Cependant sont ils si bien connus que ça?

La Naissance du Pavillon d’or

Le temple du Pavillon d’or ou Kinkaku-ji tire son nom du bâtiment recouvert d’or situé dans le jardin.  Son vrai nom est le Rokuon-ji (temple du jardin des cerfs).

Pavillon d'or.jpg

Tout commence en 1220. A cette époque le site appartient à Saionji Kintsune qui est le chef du clan Saionji. Il fait construire sur le site actuel du pavillon la villa Kitayamadai ainsi que le temple Saionji. Avec le temps, le clan perd de son influence et le site pars à l’abandon. C’est en 1397 que Yoshimitsu, le 3eme des Shoguns Ashikaga, achète le site. Il y fait construire une nouvelle villa exceptionnelle dans le but d’accueillir des reliques bouddhistes, le Kitayamaden. A sa mort, le lieu devient un temple zen baptisé Rokuon-ji par son fils Yoshimochi.

Une vie bien mouvementée

Plusieurs incendies ont ravagé le site mais le jardin et le pavillon d’or sont épargnés.En 1897 le pavillon d’or est déclaré trésor national par l’état japonais à la suite d’une loi sur la protection des sanctuaires et des temples anciens.

Mais le 2 juillet 1950 une tragédie se produit et le Kinkaku-ji est entièrement brûlé par un moine. Il est reconstruit à l’identique en 1955 mais est retiré de la liste des trésors nationaux à cause des matériaux de constructions différents de ceux d’origine. Le parc du temple est cependant classé site historique spécial du japon et lieu spécial de beauté pittoresque en 1956. En 1987 il est rénové et reçoit une couche de feuille d’or 5 fois plus épaisse que la précédente. Celle-ci est également protégée par une laque à base d’urushiol, une huile produite par le sumac vénéneux. Cette substance est utilisée depuis les temps anciens pour protéger l’or contre les dégâts du temps. En 1994 le Kinkaku-ji redore son blason et se voit inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le souhaitait Yoshimitsu, le pavillon d’or contient aujourd’hui des reliques de Bouddha.

phenix.jpg

Le jardin est également une œuvre d’art à part entière. Il a été réalisé dans l’esprit des jardins zen japonais. Sa conception a été faite en suivant une technique qui s’appelle le Shakkei, ce qui signifie l’emprunt de paysage. Cette technique consiste a aménager le jardin en fonction des paysages environnant afin de créer une unité. De cette unité née l’impression d’un jardin qui n’a pas de limites.

L’histoire du pavillon d’argent

De l’autre côté de la ville, le temple du Pavillon d’argent ou Ginkaku-ji fait écho au Pavillon d’or. Son nom officiel est Jisho-Ji.

Il a été construit en 1482 par le shogun Ashikaga Yoshimasa, le petit fils de Yoshimitsu qui voulait rivaliser avec le Kinkaku-ji. La fonction principale du Pavillon d’argent est identique à celle du Pavillon d’or. Il s’agissait d’une villa pour que le shogun puisse se reposer. Il nomma cette villa Higashiyama-dono, le « Palais des montagnes de l’est ». A l’origine, le pavillon devait être recouvert d’argent, tout comme le kinkaku-ji est recouvert d’or. Cependant a cause des guerres à cette époque le bâtiment n’a jamais reçu son habit étincelant. Le pavillon qui se voulait à l’origine éclatant et ostentatoire est désormais un modèle de l’élégance et de la simplicité de la culture japonaise.

Le lieux est parfait pour la méditation et la relaxation. On dit que le shogun Yoshimasa s’asseyait dans le pavillon et contemplait la beauté des jardins alors que la guerre faisait rage et réduisait Kyoto en cendre. En 1485 Le shogun est  devenu moine bouddhiste zen et à sa mort le Pavillon d’argent devient le temple bouddhiste Jisho-ji.

Pavillon d'argent.jpg

De la villa de l’époque, seules deux structures ont traverser les âges. Il s’agit du Pavillon d’argent lui-même ainsi que du Togudo. Ce dernier est une salle d’étude. Le Togudo est d’ailleurs un trésor nationnal du japon.

Le jardin zen

Le jardin qui accompagne le pavillon d’argent est également somptueux. C’est un jardin zen qui inspire parfaitement le calme, la paix et la sérénité. Il présente 2 visages. Le premier jardin sec voisine le Pavillon d’argent. Il est composé essentiellement du Ginshadan « la mer d’argent », constitué de sable blanc et de graviers. Il y a également un monticule de sable très mystérieux appelé le Kogetsudai. Certains dise qu’il s’agit d’un tas de sable restant de l’époque de la construction. Pour d’autre, ce tas de sable est une représentation du mont Fuji.

Gogetsudai.jpg

En continuant, le jardin remonte a flanc de montagne et dévoile un aspect de sous bois. Il est réalisé à base de mousse et de rocher. Il amorce également la forêt qui le borde, c’est le Shakkei. Du haut du jardin, on peut contempler en contrebas le pavillon d’argent méditant au bord de son lac.

Le temple du pavillon d’argent est très simple mais n’en est pas moins magnifique. Cela lui a valu d’être inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco.

ginshadan.jpg

Que ce soit le pavillon d’argent ou le pavillon d’or, tout deux renferment leurs merveilles et secrets qui méritent qu’on s’y attarde. Ce sont les deux joyaux de Kyoto.

Un commentaire sur « Les Pavillons d’or et d’argent »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s